PEPITE X GLAMOUR

Musique : les nouvelles têtes de la rentrée

2. PEPITE - crédit Julie Oona.jpg

Pépite

Ils sont français, se sont rencontrés sur une plage bretonne et depuis font de la musique ensemble. Thomas écrit et chante, Edouard fait les chœurs et produit : ces deux-là font la paire, proposant une électro-pop influencée par Michel BergerLio, les Beatles, Tame Impala ou le dub jamaïcain. Oui, oui, tout ça à la fois ! Depuis deux ans, Pépite sort des titres toujours bien sentis mais avec parcimonie, se taillant une belle réputation sur la scène française. Et ça continue sur le bon chemin avec un nouvel EP, Renaissance. Ambiance “sous le soleil des tropiques“ version indie, voilà une réussite multicolore qu’on va s’écouter en boucle lorsque les jours vont commencer à dangereusement se raccourcir. Une pépite, comme on dit.

Pépite, Renaissance (Microqlima), sortie le 29 septembre.

 

S.PRI NOIR X KONBINI

S.Pri Noir prolonge l'été avec le sensuel "Baby Gyal"

Cover Baby Gyal.jpeg

Quelques mois après la sortie de son dernier single "Highlander", S.Pri Noir revient avec le sensuel "Baby Gyal", nouveau morceau prometteur extrait de son premier album dont la sortie est prévue l’année prochaine.

À Paris, l’été indien n’a définitivement pas lieu. Pour pallier le manque de mélanine, on peut toujours compter sur S.Pri Noir qui vient de sortir le clip de "Baby Gyal", nouvel extrait ensoleillé de son futur projet. Calibré pour les clubs, le titre tranche avec les précédents morceaux du rappeur dont l’obscurité des productions a été balayée par des rythmes plus chaleureux signés Biggie Joe, beatmaker qui a collaboré sur plusieurs titres de son dernier EP Le monde ne suffit pas, en plus d’être l’auteur (avec Hugz Hefner et Reek Starcks) de l’instru brumeuse de "Highlander".

Les références aux héros tourmentés auxquels le rappeur aime s’identifier ("Skywalker" ou "Highlander") sont remplacées par la figure féminine de Baby Gyal ("gyal", dans les Caraïbes désigne "la fille" ). S.Pri Noir s’essaye donc ici à un registre différent sans pour autant négliger l’écriture, décrivant, à l’aide d’un flow chanté, le personnage d’une femme complexe, à la fois forte et délicate, dans un clip réalisé par Laurent.

"Baby Gyal" est le quatrième extrait du premier album de S.Pri Noir. La seule information dont l’on dispose sur le disque pour l’instant est qu’il paraîtra en 2018, soit trois ans après Le monde ne suffit pas, le dernier EP du rappeur. Il faudra donc s’armer de patience avant de découvrir le projet de S.Pri Noir, qui a décidé de prendre son temps pour peaufiner son son et sa plume dans une industrie rap qui va à cent à l’heure. Récemment, S.Pri Noir nous avait d’ailleurs confié que, s’il appréciait ces nouvelles dynamiques de production, il souhaitait "faire un son qui dure", quitte à y passer plus de temps. Il précisait notamment :

"Il y a des sons que j’écoutais dans les années 2000, je les réécoute aujourd’hui et ils n’ont pas pris une ride. Par exemple, les sons de Michael Jackson, les gens les écoutent encore et les kiffent autant. Pour moi, c’est par ces sons-là que t’arrives à attraper une vraie science."

C’est donc avec impatience qu’on attend d’en apprendre plus sur celle du rappeur.

ANNA LEONE X MADMOIZELLE

La grâce sensible d’Anna Leone va te faire fondre – This is the voix

Profil pic Anna Leone.jpg

Louise mise tout sur Anna Leone, une jeune suédoise qui vient de sortir son premier morceau My Soul I !

Si le début de l’automne me met de bonne humeur, malgré la pluie, c’est parce qu’il signe le retour de ma période folk. Pour m’accompagner cette année, j’ai trouvé l’artiste parfaite : Anna Leone.

Toute la sensibilité d’Anna Leone dans My Soul I

Son premier titre, My Soul I, a déjà trouvé sa place dans mon casque — en boucle.

Anna Leone est originaire de Stockholm en Suède. Après les BD et les jeux vidéo, elle s’est réfugié dans la musique à l’adolescence. Aujourd’hui, à peine âgée de 20 ans, l’artiste sort un premier morceau plein de grâce.

My Soul I est tellement une chanson enveloppante que j’aimerais m’en faire un cocon afin de me blottir dedans — ne me jugez pas.

Ce titre me fait un peu penser à Maggie Rogers dans la voix et à la musique de James Vincent McMorrow, avec de jolies envolées et des moments plus calmes.

C’est parfait pour m’accompagner sur le chemin de la maison, la nuit tombée, blottie dans mon écharpe (oui, je l’ai déjà ressortie, il fait 12 degrès, faut pas déconner).

Je n’ai qu’une hâte : découvrir les autres compositions d’Anne Leone… Et quelque chose me dit qu’on va s’en reparler d’ici la fin de l’année.

D’ici là, je t’invite à aller liker sa page Facebook qui compte seulement 226 likes à l’heure où je te parle car elle en mérite bien plus !

BJÖRK X VOGUE

550 heures, 20 mètres d'organza... Les secrets de la robe de Björk signée Gucci par Alessandro Michele

1434TP12DIGITAL.jpg

La chanteuse islandaise à l'univers déluré revient pour un neuvième album Utopia. Dévoilé cette semaine lors de la Fashion Week de Londres, le clip du titre The Gate étonne par son atmosphère d'un autre monde autour de l'idée d'un amour cosmique. Autre surprise, Björk évolue dans une sublime robe lumineuse. Une création allurée tout droit sortie de l'esprit ultra créatif d'Alessandro Michele pour Gucci. Une succession de chiffres impressionnants pour une pièce qui l'est tout autant.

- 5 mètres de PVC irisé plissé,

- 3 mètres de bandes iridescentes en PVC,

- environ 20 mètres d'organza lurex plissé,

- 1 mètre de crèpe de Chine de soie,

- 2 mètres de jersey de soie. 

À cela s'ajoutent les heures de conception faramineuses, soit 550 heures dont 330 pour la broderie. Une création dans le plus pur esprit Gucci : innovante, fascinante et avant-gardiste.

BJÖRK X LIBERATION NEXT

LE SON DU JOUR #196 : GUÉRI COMME BJÖRK

Dévoilé aujourd'hui sur la plateforme Nowness, le clip de «The Gate» signe le retour de Björk d'entre les morts-amoureux. Le scintillement net de sa renaissance annonce «Utopia», nouvel album à sortir en novembre.

Björk laissa son cœur anéanti infuser sur l’album Vulnicura en 2015, avec la complicité du compositeur électronique vénézuélien Arca. Sa blessure criait alors «est-ce que je t’ai trop aimé ?». Le morceau climax de dix minutes Black Lake nous plongeait dans une apnée sombre qui, crescendo, nous ensevelissait sous les violons, la voix déchirante d’une Björk époumonée et les palpitations beats alarmées de son copilote queer.

On comprenait sans difficulté que la séparation avec l’artiste contemporain américain Matthew Barney avait laissé une marque sépulcrale, une ouverture béante qui se manifestait littéralement en pleine poitrine sous forme de cri. Deux ans, plus tard, c’est avec une tristesse pansée et une passion renouvelée qu’elle revient. Son nouvel album Utopia coproduit avec Arca - qu’elle appelle d’ailleurs avec espièglerie son «Tinder album» - sortira quelque part au mois de novembre sous le label One Litte Indian Records. Le 15 septembre, la chanteuse islandaise a laissé échapper The Gate, le premier single. «Ma blessure guérie à la poitrine / S’est transformée en un pont / Duquel je reçois de l’amour / Duquel je donne de l’amour». Björk en hydre de l’amour : fendez son cœur, deux renaîtront naturellement.

Aujourd’hui, via la plateforme britannique Nowness, l’Islandaise présente le clip accompagnant le single. Ce dernier est réalisé par les soins du réalisateur Andrew Thomas Huang qui collabore régulièrement avec la chanteuse, depuis la réalisation de la vidéo pour Mutual Core, morceau présent sur l’album Biophilia (2012), notamment pour des projets de VR (pour virtual reality). La touche ovniesque et organique de l’artiste visuel a traversé Vulnicura de part en part. L’extravagante robe est quant à elle l’œuvre du styliste italien, Alessandro Michele, directeur de la maison Gucci. Björk est parée pour renaître.

La cicatrisation porte en elle le parfum du paradis : les quelques notes d’instruments à vent, accompagnées de celles limpides portées par les cordes, soulignent la voix multipliée (tout comme ses cœurs) de la Walkyrie des étendues volcaniques, autant de tentacules oraux prêts à nous entourer d’amour. La flûte aux lèvres, la chanteuse se trouve assise dans une plaine orangée au corps extraterrestre, un bâtiment futuro-baroque et quelques organismes s’agitant au son du chant cérémonieux se dressent là pour en attester. Les interventions d’Arca sont déjà perceptibles : de douces empreintes électroniques sonnent timidement. Perce çà et là la plainte incongrue d’un orque-mutant. Le morceau The Gate porte en lui la force d’un mouvement surnaturel, allant et venant avec l’écume de sons hybrides mêlant battements frénétiques, chœur de voix aliens et souffles aériens. Digne d’un cosplay embourbé dans une féerie paisible, on retrouve Björk portant un costume étonnant : un mélange de papillon et d’orchidée, un reste d’infection bestiale sublime annonçant qu’elle est fin prête à être de nouveau le Hunter.

BJÖRK X NOWNESS

Björk: The Gate
The Icelandic singer-songwriter’s mesmerizing new video, made in collaboration with Gucci’s Alessandro Michele and artist Andrew Thomas Huang

1434TP12DIGITAL.jpg

“The Gate is essentially a love song, but I say ‘love’ in a more transcendent way. Vulnicura was about a very personal loss, and I think this new album is about a love that’s even greater. It’s about rediscovering love—but in a spiritual way, for lack of a better word.” –

Björk, Dazed magazine 

For the first release from her forthcoming new album, co-produced by Arca, Björk has teamed up with a super-troupe of contributors to create a hallucinogenic new video. Director Andrew Thomas Huang lends his tech-savvy hand to envision a kaleidoscopic world inhabited by the singer-songwriter, who is clad in an iridescent otherworldly garment designed by Gucci’s Alessandro Michele. Here, Huang talks about the project: 

“The Gate picks up where 2015's Vulnicura left off. It is the first glimpse into Björk's utopia. The doorway lies within the wound from Vulnicura, which now appears transformed into a prismatic portal channeled between the chests of two lovers. Not lovers in the quotidian romantic sense, but in a broader cosmological way. As a throughway into Bjork's new album, The Gate is a declaration of hope sung by a woman refracted and re-formed into a luminous whole. 

“I am especially proud of this film as I feel it is a culmination of my five-year collaboration with Björk and James Merry. It's been such a nourishing three-way relationship and this film is the perfect synthesis of our brains and our hearts. Having Alessandro Michele's design as the centerpiece in this film is a dream. 

“I want to give a special shout-out to my visual effects partners Wolf & Crow, who have pulled off an exceptional feat for this visually packed video. Building a world like this takes a village and I feel blessed to be in this company of artists.”